Focus sur les montres William L. 1985

Voilà une jeune marque de montres qui fait le buzz dans la sphère Internet depuis qu’elle a démarré en 2015… grâce à un financement participatif sur Kickstarter. Pas banal pour une griffe qui ambitionne de se faire une place sur les poignets du monde entier avec des garde-temps délicieusement vintage, pensés pour rappeler les meilleures décennies de l’horlogerie européenne, et à des prix très attractifs. Une façon subtile de rappeler les modèles du luxe… sans devoir casser sa tirelire ! Partons à la découverte des montres William L. 1985.

Une certaine idée du luxe

Inspirer l’idée du luxe avec des montres proposées à un prix très abordable : telle est l’idée de la nouvelle marque qui monte, William L. 1985. L’entreprise fondée par le Français Guillaume Laidet commercialise des garde-temps de qualité, dans un esprit vintage fort seyant, qui rappelle les chronographes hauts de gamme des années 50… Mais en restant dans une marge de prix allant de 149 € (pour des modèles à quartz) à 400 € (pour les modèles automatiques Diver et Classy).

Résolument, les montres William L. 1985 s’inscrivent donc dans un segment proche de celui d’une autre marque française – Grayton – et d’une brand très appréciée des internautes, la société suédoise Daniel Wellington. On constate chez ces trois acteurs récents du secteur de l’horlogerie une volonté de bousculer les conventions, de réactualiser des designs tombés en désuétude – et surtout de réaffirmer une certaine idée du luxe qui passe moins par le prix que par l’esthétique.

Naissance des montres William L. 1985

Dans le cas qui nous intéresse, celui des montres William L. 1985, cette ambition puise ses racines dans le parcours de son créateur. Avant de lancer sa propre griffe, Guillaume Laidet est allé travailler pour certaines des plus grandes manufactures suisses : Zenith, Girard-Perregaux, Jaeger-LeCoultre. Venu du monde du commerce, le jeune homme s’est naturellement intéressé de près aux stratégies marketing de ces marques, et s’est nourri des codes de l’horlogerie de luxe.

Guillaume Laidet a compris que le luxe n’était pas seulement un prix, mais surtout une idée – basée sur un design, une esthétique, une sensation particulière au niveau du poignet. La mécanique, elle, reste enfermée dans son boîtier, et ne se voit pas. Ce qui fait la différence, c’est l’émotion produite par l’ensemble. Il s’est alors demandé comment il serait possible de démocratiser l’horlogerie de luxe ; comment il pourrait proposer des garde-temps de grande qualité tout en en permettant l’accès à tout un chacun.

Le reste de l’histoire, il la raconte lui-même sur le site officiel des montres William L. 1985 – avec un brin de storytelling. Il rapporte ce moment où il reçoit, en héritage d’un grand-oncle, un chronographe des années 1950. Après avoir fait restaurer ce bijou de famille par un artisan de La Chaux-de-Fonds, il s’attire les regards de tous ses amis amateurs de belles montres : c’est que l’objet dégage une certaine classe. C’est là que lui vient son idée : concevoir des garde-temps vintage, ayant la patine du luxe, mais à un coût accessible.

Focus sur les montres William L. 1985 2

Du chic et choc

Le jeune homme trouve le nom de scène de sa production – William L. 1985 pour « Guillaume » en anglais, l’initiale de son patronyme et l’année de sa naissance – et lance une souscription sur Kickstarter pour une première production. Le succès dépasse ses espérances, et de loin, puisqu’il boucle son financement en quatre jours avec près de 200 000 euros !

Et pour ceux qui se demandent comment les montres William L. 1985 peuvent coûter si peu cher en proposant de la si bonne qualité, la réponse est simple : les pièces sont made in China, et Guillaume Laidet ne s’en cache pas. Il les conçoit à Paris et les fait fabriquer à Shenzhen, la ville-usine près de Hongkong. Pour faire baisser les prix, c’est le passage obligé – mais pas question pour autant de rogner sur la fiabilité ! Les mouvements, eux, viennent du Japon, commandés chez Seiko (quartz) et Miyota (automatiques). Des calibres de grande qualité pour des mécanismes infaillibles, à des prix défiant toute concurrence.

Et ça marche : les montres William L. 1985 sont commercialisées dans une centaine de points de vente sur la planète, et la production se compte en dizaines de milliers d’unités – après seulement deux ans d’existence, ce n’est pas rien. Lors du dernier Baselworld, Guillaume Laidet a ébranlé plus d’un grand nom en repartant avec un carnet de commandes plein sous le bras… De quoi faire rêver (ou agacer ?) des concurrents bien mieux dotés !

Focus sur les montres William L. 1985 4

Les collections de montres William L. 1985

Il est temps d’entrer un peu plus dans le détail. Voici les cinq collections actuelles proposées par les montres William L. 1985 :

  • La Chronograph : modèle iconique parmi les montres William L. 1985, elle puise son inspiration dans les chronographes deux compteurs qui ont fait florès dans les années 50. Cette collection est équipée d’une échelle télémétrique et d’un tachymètre, le tout sous verre bombé.
  • La Small Chronograph : comme son nom l’indique, elle embarque un chronographe miniature, contenu dans un compteur à 12h (avec un compteur 60 minutes à 6h pour équilibrer le tout).
  • La Calendar : voilà un modèle dont le boîtier s’inspire fortement des garde-temps des années 50, avec ses deux boutons pressoirs. Son diamètre de 40 mm convient à tous les poignets, tandis que son verre bombé lui confère un style délicieux.
  • La Diver : avec sa lunette rotative unidirectionnelle, elle s’inspire des montres de plongée de la décennie 70. C’est aussi le premier modèle à embarquer un mouvement automatique.
  • La Classy : derrière un fond en verre saphir, on découvre le mouvement automatique Miyota – un bel effet dans cette montre au design classique, absolument intemporel.

Chaque modèle existe en plusieurs variations de couleurs et vient avec un bracelet cuir ou métal. En outre, les montres William L. 1985 sont étanches à 50 ou 100 mètres.

Alors, prêts à tenter l’aventure du luxe à bon prix ?
Le site subtil diamant vous livrera en 3 jours.

Focus sur les montres William L. 1985 5

SHARE